Mobilité urbaine : Noa Khamallah présente cinq tendances de l’avenir

  • Mihary
  • 2 décembre 2020
  • Commentaires fermés sur Mobilité urbaine : Noa Khamallah présente cinq tendances de l’avenir
Mobilité urbaine : Noa Khamallah présente cinq tendances de l'avenir

De nos jours, il y a plus de 500 mégapoles dans le monde. Certaines mégalopoles en comptent plus de 20 millions. Aujourd’hui, un réseau de métros ne suffit pas à contrer les embouteillages et à réduire le nombre de voitures. La bonne nouvelle : il existe des tendances et des solutions prometteuses pour la mobilité urbaine de demain. Noa Khamallah de Charge en parle.

Les véhicules électriques : Améliorer la mobilité urbaine

En Europe, la Norvège est très probablement le modèle le plus connu en matière d’électromobilité. Cependant, les Pays-Bas, et Amsterdam en particulier, sont également en pleine expansion dans ce domaine. La mobilité urbaine devient de plus en plus électrique, et la qualité de l’air s’améliore en conséquence.

En voici un exemple : Si vous achetez un véhicule électrique à Amsterdam mais que vous ne disposez pas de votre propre place de parking avec une connexion électrique, la ville vous installera gratuitement une borne de recharge publique à proximité. Le nombre de stations de recharge, qui était de 300 en 2011, est déjà passé à 2 400 à la mi-2018. En 2019, le réseau de stations de recharge devrait passer à 4 000 points d’électricité.

La mobilité à la demande : Le covoiturage au lieu de la propriété

Noa Khamallah indique que la mobilité urbaine du futur serait électrique, ce qui semble évident d’un point de vue environnemental et sanitaire. Cependant, la réduction de la pollution n’améliore pas la fluidité du trafic dans les villes encombrées et ce, depuis un certain temps déjà. Jusqu’à 40 % de la circulation totale dans les centres-villes est le fait de ceux qui cherchent une place de parking. Cependant, si plusieurs personnes partagent une voiture, cela signifie qu’il faut moins de places de parking et que la mobilité urbaine s’améliore. Le concept correspondant ici est le covoiturage.

La popularité croissante du concept de mobilité par covoiturage est associée à un changement de comportement des consommateurs, en particulier parmi les jeunes segments de la population. Dans l’économie du partage, l’accent n’est plus mis sur la propriété mais sur le service : la mobilité est beaucoup plus importante que le fait d’avoir sa propre voiture. Et ce désir de mobilité peut également avoir un effet positif sur les rues et les parkings parfois bondés des villes.

Conduite autonome : Laissez la voiture faire le travail

« En tant qu’utilisateur de l’autopartage, vous devez toujours vous rendre par vos propres moyens jusqu’à la voiture rappelle Noa Khamallah. Mais dans un avenir pas si lointain, votre véhicule pourrait déjà être capable de vous rejoindre, comme s’il était dirigé par un fantôme. Ce qui ressemble à de la science-fiction n’est plus une vision effrayante de l’avenir, mais la cible claire de nombreux centres de recherche et de développement. Le chemin vers la conduite autonome passe par 5 niveaux, les niveaux 1 et 2 étant actuellement disponibles dans la plupart des véhicules.

La prochaine étape de développement consiste maintenant à atteindre le niveau 3, non seulement avec des véhicules d’essai en service, mais en rendant la conduite hautement automatisée dans la circulation adaptée à l’usage quotidien, améliorant ainsi la mobilité urbaine.

Quand tout communique avec tout et tout le monde

Les voitures connectées peuvent se connecter en temps réel à la fois entre elles (voiture à voiture) et avec les objets de leur environnement (par exemple, avec des appareils mobiles ou des réseaux mobiles : voiture à mobile) et peuvent communiquer entre elles. Tout en roulant de manière autonome, les véhicules se rassemblent pour former un convoi et agissent comme un seul véhicule. La décélération et l’accélération simultanées optimisent le flux de circulation. Aujourd’hui déjà, certains modèles peuvent interagir avec d’autres véhicules ou des objets de leur environnement. Ils avertissent les autres usagers de la route des obstacles à venir, tels que les embouteillages ou le verglas, afin qu’ils puissent réagir rapidement. Plus il y aura de voitures équipées de cette technologie, plus il sera possible d’éviter des accidents – c’est du moins l’idée qui sous-tend ce concept de mobilité.

Noa Khamallah parle de mobilité urbaine et transports publics locaux

Les transports publics jouent un rôle clé dans la mobilité urbaine lorsqu’il s’agit d’alléger la charge sur les routes. Pendant ce temps, les métros et les bus des métropoles du monde entier atteignent leurs limites. C’est pourquoi un classique de la mobilité urbaine connaît actuellement une renaissance inattendue : Le vélo. Le vélo en libre-service est en train de conquérir les rues de toutes les grandes villes et permet de se déplacer rapidement dans les espaces les plus étroits. Il devrait en être de même à l’avenir pour les trottinettes électriques, qui offrent également une mobilité simplifiée dans l’environnement urbain.