Palestine : un drapeau, un symbole une lutte

drapeau palestienne

Cet article vous parle de la Palestine, son histoire et son combat. De l’incorporation de la Palestine en tant que membre de la Cour internationale de justice, la massification croissante de la campagne de Boycott au Désinvestissement et Sanctions contre la politique d’occupation de l’entité sioniste contre la Palestine.

Avec la récente décision des Nations Unies (ONU) d’autoriser le drapeau palestinien à être hissé à son siège à New York le 10 septembre, ces décisions et symboles montrent que la lutte palestinienne doit se dérouler à différents niveaux.

L’occupation sioniste et la décision de l’ONU

Près d’un quart de siècle après la signature des accords d’Oslo, l’occupation sioniste de la Palestine se poursuit au mépris des résolutions internationales.

Le 27 août, l’Autorité nationale palestinienne a soumis à l’Assemblée générale des Nations unies un projet de résolution qui l’autoriserait à hisser son drapeau au siège de l’organe supranational, dans le cadre d’une offensive diplomatique, politique et juridique qui lui permettrait d’avancer contre la politique d’occupation israélienne de ses territoires. Son approbation permettra à la délégation palestinienne et à Mahmoud Abbas de s’adresser à l’Assemblée générale des Nations unies fin septembre avec le drapeau de son pays flottant aux côtés de celui des 193 membres à part entière de l’ONU.

Cette importante disposition de l’instance internationale a été adoptée à la majorité de 119 voix pour, 45 abstentions et seulement huit voix contre, dont bien sûr le vote israélien, les États-Unis et leurs alliés fidèles tels que le Canada, l’Australie et certaines îles polynésiennes qui ont tendance à voter selon les diktats de Washington, comme Tuvalu, les États fédérés de Micronésie, Palau et les îles Marshall – qui sont les seuls à voter pour, L’ambassadeur d’Israël auprès des Nations unies, Ron Prosor, a demandé au secrétaire des Nations unies, Ban Ki-Moon, et au président de l’Assemblée générale, l’Ougandais Sam Kutesa, de bloquer le projet de loi, au motif que le déploiement de drapeaux de pays non membres à part entière était contraire à la pratique des Nations unies.

Ce point de vue a été battu en brèche, car le projet a été défendu par plusieurs pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, conformément à la décision du 29 novembre 2012 qui a établi le statut d’observateur de l’État palestinien. Jusqu’à la décision d’autoriser le hissage du drapeau palestinien, les règles de l’ONU, créées il y a sept décennies, établissaient que seuls les membres à part entière avaient le pouvoir de placer leurs drapeaux au siège de l’ONU.

Un Symbole d’espoir pour la Palestine contesté

Pour Riad Mansur, observateur permanent palestinien auprès de l’ONU, cette démarche « est sans doute symbolique, mais elle contribue à renforcer les fondements de l’Etat palestinien et offre une lueur d’espoir à un moment où le processus de négociation avec l’entité sioniste est au point mort. Pour le Premier ministre palestinien Rami Hamdallah, hisser le drapeau palestinien au siège international « est un chemin qui mènera la Palestine à une adhésion complète aux Nations unies ».

Le ministre argentin des affaires étrangères, Héctor Timerman, a fait valoir, dans une optique partagée par des pays comme la Bolivie et le Venezuela, que « ce que l’Assemblée générale des Nations unies devrait vraiment faire, c’est voter pour faire de la Palestine un membre à part entière d’une organisation qui a sans aucun doute besoin d’être réformée« , à travers Samantha Power, ambassadrice américaine à l’ONU, qui a voté contre, a souligné que « cette décision de faire flotter le drapeau palestinien au siège de l’ONU n’est ni une alternative ni une contribution aux négociations de paix entre Palestiniens et Israéliens et ne rapprochera pas les parties de la paix« .

Dans la même veine de mépris pour de telles actions, qui sont minimisées à tort par Israël et son fidèle allié, l’ambassadeur du régime israélien à l’ONU, Ron Prosor, a accusé les Palestiniens d’essayer de « marquer des points faciles et insignifiants à l’ONU« . Pour ce sioniste avoué, « aucun vote ne peut transformer un geste symbolique vide en un État ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.